Bonjour et
bienvenue !

Aucun titre à afficher

Jean-Pierre PONT

Député du Pas-de-Calais

Envoyé !

Erreur serveur

Chers lecteurs,

Déserts médicaux et Désertification médicale

On parle de désert médical quand il n’y a plus aucun médecin installé dans une zone déterminée.

On parle de désertification médicale quand le nombre de médecin diminue drastiquement.

Dans les deux cas, bien entendu, l’accès aux soins est compromis.

Quels remèdes ?

« Tapis rouge », « Pont d’or », « Allègements de charges », « Loyers pris en charge", voire « Primes », voire « salaires », « augmentation du prix des consultations et des visites » etc… 

Je considère toutes ces mesures parfaitement inopérantes car le problème de base est quantitatif.

  • Il sort chaque année des facultés de médecine entre 1500 et 2000 médecins généralistes
  • Or dans le même temps 5000 médecins prennent leur retraite (compte-tenu de la poursuite, par un certain nombre d’entre eux, d’une activité dans le cadre du système emploi-retraite)

Ce sont donc 2 000 médecins en moins que les Françaises et les Français voient partir tous les ans !

Un déficit de 2000 médecins par an !

Comment compenser ce déficit ?

1Les fausses « bonnes idées »

A : Certainement pas en cherchant à attirer des médecins vers des zones de désertification médicale, ce qui reviendrait à « habiller Paul en déshabillant Jacques » !

B : Créer une année supplémentaire d’études avec obligation pour les futures médecins de passer dans les zones en manque de praticiens.

Cette aberration rallongerait d’un an les études longues de déjà neuf ans et repousserait en 2032 les effets de la suppression du numérus clausus.

Cela pourrait de plus entraîner une désaffection des internes  vis à vis de la médecine générale au profit de disciplines spécialisées ou vers des postes salariés dans les services publics.

Cela entrainerait un déficit encore plus important de médecins généralistes.                                                                                                                       

2/ Alors que faire jusqu’en 2031 ?

En 2031, il sera possible d’évaluer les résultats de la fin du numerus clausus voté en 2021.

Je propose les actions suivantes en attendant 2031 :

  • Inciter les médecins souhaitant partir en retraite à poursuivre encore leur activité quelques années supplémentaires avec un allègement de charges (fin de leurs cotisations de retraite) dans un cadre emploi-retraite.
  • Répartir certaines tâches avec les infirmiers et les pharmaciens, ces derniers étant à même de prendre en charge un certain nombre d’actes médicaux visant à soulager le travail du médecin.
  • Favoriser les cabinets collectifs avec gestion administrative groupée et les cabinets secondaires. Les jeunes médecins pourraient ainsi y effectuer à tour de rôle des permanences de consultations à dates fixes.
  • Remettre en marche les gardes (en semaine et le week-end).

 

Jean-Pierre PONT

LA PERMANENCE PARLEMENTAIRE A BOULOGNE-SUR-MER EST OUVERTE

sur rendez-vous en contactant le 03 91 21 88 49

Tous les jours de 9h30 à 12h et de 13h45 à 17h ainsi que le premier samedi de chaque mois de 10h à 12h (ouverture à tous sans rendez-vous)

D'autres permanences sont organisées dans les communes de la circonscription - Calendrier à venir

- Merci de bien vouloir nous contacter avant de vous déplacer | jean-pierre.pont@assemblee-nationale.fr
 



Dernières actualités

Co-signature d'une proposition de loi visant à protéger les logements contre l'occupation illicite

 

Remise des diplômes d'apprentis par MALCO

C’est avec plaisir que j’ai assisté à la cérémonie de remise des diplômes à 80 apprentis organisée par l’association MALCO HDF association représentée par son président, Monsieur Adrien Sgard.


A l'Assemblée Nationale en vidéo

video-play-icon
Hqdefault

Mardi 25 octobre 2022

J'ai interpellé le Secrétaire d'Etat en charge de la mer afin de lui faire remarquer que cinq bateaux de pêche boulonnais n'avaient toujours pas obtenu leur licence de la part des anglais. De plus, je lui ai fait part de mes inquiétudes sur la pêche à la "senne danoise".


L'ensemble de mes travaux parlementaires



Le territoire, la circonscription

La cinquième circonscription du Pas-de-Calais réunit les trois cantons d'Outreau, de Boulogne-sur-Mer 1 et de Boulogne-sur-Mer 2. Située entre mer et terre, regroupant tout à la fois le premier port de pêche français de Boulogne-sur-Mer et les villes et villages aux alentours de Samer, la 5ème circonscription du Pas-de-Calais comprend un total de 31 communes.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.